Les Journées de Tam Dao

À propos de Frédéric Thomas

Email Frédéric Thomas

Titres et diplômes

  • Docteur en histoire, Doctorat de EHESS “Histoire et Civilisations”

Situation professionnelle

  • Chargé de recherche à l’IRD, Responsable du programme de recherche (PGR-ABS issue in Vietnam)

Résumé des travaux

  • Frédéric Thomas est historien et sociologue des sciences et des techniques, spécialiste des enjeux environnementaux dans les relations “Nord/Sud” sur le temps long (période coloniale, post-coloniale et contemporaine). Ses principaux outils méthodologiques sont l’archéologie des savoirs et la gouvernementalité (Michel Foucault), l’anthropologie de la nature (Philippe Descola), la sociologie de la traduction (Michel Callon, Bruno Latour), la notion de régime de production des savoirs (Dominique Pestre).
  • Ses recherches ont d’abord porté sur les “sciences coloniales” et le “tropicalisme” en étudiant la manière dont la sylviculture, l’agronomie, la géographie et l’ethnographie coloniale ont construit leurs objets de recherche et fait naître une pensée environnementale (le préservationnisme). Elles ont aussi mis à jour les difficultés méthodologiques relatives à la construction d’une anthropologie des savoirs naturalistes des ethnies montagnardes et forestières des Hauts plateaux du Sud Vietnam à partir des récits d’exploration de la fin du 19ème siècle et des sources ethnographiques du 20ème siècle.
  • Depuis 2003, ses recherches portent sur l’histoire de la génétique et de l’amélioration des plantes, et sur la gouvernance internationale de la biodiversité. La construction dans les trente Glorieuses (puis la déconstruction depuis les années 1990) des espaces publics de recherche en génétique agricole, les relations recherche publique/recherche privée dans le secteur semencier, la mise en réseau du “germplasm mondial”, l’émergence des biotechnologies, la brevetabilité du vivant, le droit international de l’environnement, les relations entre acteurs internationaux, pays en développement et populations autochtones dans la gestion des ressources génétiques, la question de l’accès aux ressources génétiques et du partage des bénéfices qui en découlent, la réhabilitation des savoirs traditionnels et le tournant participatif de la Banque mondiale et de la FAO, etc., constituent désormais ses objets de recherche privilégiés pour restituer les logiques du régime contemporain de production des savoirs sur le vivant.

Principales publications

  • Bonneuil C., Thomas F., 2007. Du maïs hybride aux OGM. Une histoire de la génétique végétale. Quae Editions, 800 p.
  • Thomas F., 2007. «Mise en valeur» et «Produis coloniaux» (deux entrées du dictionnaire Les mots de la colonisation) In Stora B., Dubuicq S., Klein J.-F., Les mots de la colonisation. Presse Universitaire du Mirail.
  • Thomas F., 2006. « Biodiversité, biotechnologies et savoirs traditionnels. Du patrimoine commun de l’humanité aux ABS. » Revue Tiers Monde, 188, 825-842.
  • Bonneuil C., Demeulenaere E., Thomas F., Joly P.-B., Allaire G. et Goldringer I., 2006. «Innover autrement? La recherche face à l’avènement d’un nouveau régime de production et de régulation des savoirs en génétique végétale.» Dossiers de l’environnement de l’INRA.
  • Thomas F., 2005, «Le transport du bois en Indochine, les impacts de la colonisation.» Cahier d’études Forêts, environnement et sociétés, 15, 2005, 25-40.
  • Thomas F., 2004, «L’invention des «Hauts Plateaux» en Indochine. Conquête coloniale et production de savoirs.» Ethnologie Française, XXXIV 4, 639-649.
  • Thomas F., 2004. «L’introduction et l’expansion des semences hybrides en France (1930-1970).» In L’amélioration des plantes, continuités et ruptures, INRA, Actes du colloque de Montpellier 17-18 octobre 2002, Lien
  • Bonneuil C., Thomas F., 2004. «Du maïs hybride aux OGM : un demi-siècle de génétique et d’amélioration des plantes à l’INRA.» In L’amélioration des plantes, continuités et ruptures, INRA, Actes du colloque de Montpellier 17-18 octobre 2002, Lien
  • Thomas F., 2003. La forêt mise à nu : essai anthropologique sur la construction d’un objet scientifique colonial : «forêts et bois coloniaux d’Indochine», 1860-1940. Thèse de doctorat de l’EHESS, sous la direction de Dominique Pestre, soutenue à l’EHESS, 31 mars 2003, 1307 p. (non publiée)
  • Thomas F., 2000. «Forêts de Cochinchine et “bois coloniaux”, premières approches.» Autrepart, n° 15, 2000, 49-72.
  • Thomas F., 1999. Histoire du régime et des services forestiers en Indochine française de 1862 à 1945. Sociologie des sciences et des pratiques scientifiques coloniales en forêts tropicales. Hanoi, 1999, Editions Thé Gioi, 313 p.
  • Thomas F., 1998, «Ecologie et gestion forestière dans l’Indochine Française.» Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, 1998, tome 85, n° 319, Avril-Mai : 59-86.

FSP2S DH_Duy_Tan DH_Da_Lat Hesam EFEO